Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 octobre 2008 6 25 /10 /octobre /2008 00:00

Chapitre 9 : Difficile transition 

Surii était intrigué par ce qu'avait dit l'elfe. Ces gens aimaient toujours 
parler par énigme, même lorsque ça n'était pas approprié. Et dans ce cas précis, 
ça ne l'était pas du tout. 

Une fois le petit groupe installé, l'elfe commença : 
"Il y a quelques mois, nous avons appris que la Horde avait planifié une attaque 
contre Forgefer afin de s'emparer des richesses souterraines que renferme la 
ville. Nous avons tenté de l'arrêter et avons prévenu les principales factions. 
A l'arrivée du raid de la Horde, les nains avaient fermé les portes de la 
capitale et nos ennemis se sont heurtés à une défense sévère. 
Nos envoyés rapportent que, fous de rage, ils ont jurés de revenir et ont ravagé 
les villages alentours avant leur départ..." Surii senti son coeur se sérrer. 
"Il ne reste rien de Kharanos, ni de la colline où ta famille a élu domicile... Je 
suis désolée, gnome." 
Après un long silence, le visage sévère du gnome se releva, une larme coulant le 
long de sa joue : 
- Et qu'attendez vous de moi !? Pourquoi m'avoir fait venir ici !? 
- Tu es jeunes, mais tu as passé l'épreuve de l'infernal avec brio. Tabetha nous 
envoie ceux en qui elle décèle la force de tenir tête à la Horde. Nous espérons 
que tu puiseras dans ton chagrin la force de te relever et de nous aider. 
- Ils paieront ! Et je ne vous aiderai pas, vous qui tentez de me manipuler ! 
Sur ces mots, Surii tourna les talons et regarda vers le port de l'île, Rut'Theran. 
La terre gronda puis s'ouvrit, laissant émerger un destrier de l'effroi. La 
monture du démoniste. Surii l'enfoucha et parti au galop, laissant Uruss et les elfs sur place. 

[Pub : Avec Souplidou, mon linge est plus souple et plus doux. Merci Souplidou !] 

Plusieurs mois passèrent, et personne n'eut aucune nouvelle du gnome. Tout au plus avait-on entendu parler d'un village troll décimé dans la région de Dun Morogh. Uruss et Jefflec qui furent chargés de retrouver Surii se lancèrent sur cette piste fraiche. 
Une fois à Dun Morogh, ils entendirent parler d'un voyageur qui vivait 
maintenant isolé sur une colline, non loin de Forge fer. Il n'était pas causant, 
se déplaçait toujours la nuit drapé dans une cape. "Surii, c'est sans doute lui !" s'exclama Uruss. "Allons-y", répondit Jefflec.

Chapitre 10 : retrouvailles 

Avec le temps, Jefflec et Uruss avaient appris à se supporter durant leurs voyages. Mieux, ils étaitent maintenant devenus amis. Ils avaient beaucoup échangé mais de nombreuses facettes de la culture de l'autre leur restaient difficiles à cerner : 
Uruss, fin gourmet n'envisageait jamais un repas sans une bonne bière naine alors que Jefflec se contentait généralement d'un repas frugal, ce que son physique confirmait. 
De même, l'elf écoutait de la musique de mort vivant que seul lui semblait affectionner. Et malgré tout, les deux compères s'appréciaient sans jamais le laisser paraître car ils avaient leur fierté. 

Nos deux amis finirent par arriver à la colline à la tombée de la nuit. 
- C'est ici, dit Jefflec. 
- Je pense aussi, avançons prudemment. Si ce n'est pas Surii, cet adversaire peut s'avérer coriace. 
Jefflec pris sa forme furtive de félin et s'aventura plus avant. Uruss, discret comme un nain resta en retrait. 
L'elf avait disparu dans un fourré depuis quelques secondes. Soudain, le silence fut brisé par le son d'une explosion, et une lueure orangée éclaira le ciel. 
Le nain et son famillier se regardèrent et ils coururent vers le lieu d'où provenait le bruit. 
Lorsqu'Uruss arriva dans une clairière, Jefflec qui avait retrouvé sa forme primale, était sur le dos et se relevait péniblement. 
Une forme floue se dessinait dans les faibles rayons de la lune, seule une dague napée d'une aura était visible. La forme marchait vers le druide et la dague luminescente se rapprochait du visage de l'elf. 

L'arme s'arrêta peu avant sa gorge. 
- Jefflec ? 
La forme retira sa capuche et dévoilà une longue barbe rousse. 
- Surii ? Merci de m'avoir épargné... On fait des centaines de lieues pour te retrouver et c'est ainsi que tu nous accueille ? 
Le pet d'Uruss qui avait commencé à charger continua sa course et bouscula le gnome pour finalement le couvrir de léchouilles. 
- Et bien, il ne t'a pas oublié ! Tiens, tu t'es laissé poussé la barbe ? Dit Uruss. 
- Ouep, j'aime bien, ça fait peur aux enfants ! 
- Je crois que tu as beaucoup à nous raconter, cela fait 4 mois que l'on te cherche ! reprit Jefflec qui se relevait. 
- Nous aurons le temps de voir ceci en temps voulus, votre intervention aura sans doute réveillé les trolls, prenez garde ! 
- Des trolls, à Dun Morogh ? Grommela le nain. 
- Oui, ceux la même qui ont décimé ma famille, ils ne sont plus qu'une poignée maintenant, acculés. 
En effet, les trolls avaient été alertés par le boucan et une quinzaine de torches se dirigeaient vers la clairrière. 
- Faisons le tour dit le nain, on va les acculer par derrière ! Les regards se tournèrent vers lui : Quoi, qu'est-ce que j'ai dit ? 
- Ce ne sera pas nécessaire, reste ici, tu vas voir dit Surii. 
- Uruss, trois contre quinze, il n'y a vraiment qu'un nain pour vouloir se battre dans ces conditions, replions nous !. 
- Et un lâche pour vouloir s'enfuir ! Transforme toi en brindille, tu sais bien faire, ça ! 
- Du calme. dit Surii calmement. Ce soir, nous débarassons la région des trolls, définitivement. 

Les trolls s'étaient disposés en ligne. Il commençèrent à charger, guidés par leurs trois neurones. 
"Haathun, en échange de cette âme, viens à moi !" Cria Surii. Une créature massive apparue devant le groupe : "Vous allez manquer de temps", dit la créature avant de charger le groupe de trolls. 
Surii fit apparaître des graines dans sa main qu'il lança en direction des trolls : "Maintenant, patientez.". Les trolls concentraient leurs attaques sur le gangregarde qui supportait l'assaut avec de plus en plus de difficultés. Un premier troll explosa, victime d'une graine de corruption, et trois autres enchaînèrent. 
Quatre survivants, voilà ce qu'il restait du groupe. Mais ces derniers, furieux se précipitèrent sur le gnome. 
Surii, Jefflec et Uruss terminèrent aisément le combat. 

"Joliiii", fit une voix derrière eux. "Tu vois, je n'ai même pas eu besoin de tes services cette fois" dit Surii avec un Sourire : 
- Les amis, je vous présente Ajajhad, mon compagnon d'arêne. Une huitre spécialisée dans les soins. D'ailleurs, si tu pouvais officier, ça nous ferait bien plaisir. 
- Ouais, tu me traites d'huitre et tu veux que je te soigne ? 
- Exactement :) 
Uruss était étonné : 
- Un démoniste et un paladin ? On aura tout vu. 
- Oh, il ne faut pas être sectaire, reprit Surii. On forme un bon groupe, l'air de rien ! Allez, pour fêter ça, je vous emmène à l'auberge de Kharanos, où une surprise vous attend. 
- Une surprise ? 
- Oui, sachez juste que je ne suis plus seul ;)

Chapitre 11 : Le messager d'A'dal 

Le guerrier s'approcha de la créature qui le regardait de ses yeux vicieux injectés de sang. La bête avançait pas à pas, acculant le héros au mur de la cité de Karazhan. 
Sa queue fouètait l'air* et son nez émettait de la vapeur dans l'air hivernal. De ses crocs pendaient encore quelques chaires putréfiées de sa dernière victime. Et la créature avançait toujours... 
* : (celle de la bête hein) 
Le guerrier senti un frisson lui parcourir l'échine. Que faire ? Aucune sortie possible. Le guerrier tenait fermement son bouclier et sa [Lame pourrie]. Il savait pourtant qu'en s'aventurant ici, il risquait ça vie. Mais il ne voulait pas finir ainsi. Pas comme ça sur le pallier, seul. Et son message ne serait pas délivré. 
Il avait fait autrefois partie de la Table Ronde et avait décidé de devenir mercenaire. Comdamné à la solitude, il œuvrait toutefois pour l'Alliance. 
Son destin n'était pas glorieux, mais il servait dans l'ombre le dessein d'A'dal. Il repensa à tout ce qu'il avait accompli dans sa vie... Mais ce n'était pas le moment de se laisser aller, le monstre n'était plus qu'à quelques pieds ! 
Soudain, mû par ses dernières forces et son courage de guerrier, il plongea sur le côté droit de l'ennemi. Déstabilisée, l'hideuse créature ne put parer le coup et la lame du chevalier s'enfonça profondément dans son flanc. 

La victoire était sienne ! Jérémineri avait vaincu le rat !

Chapitre 12 : Reconnaissance 

Farélia et Melhya avaient été envoyés en reconnaissance. Devant eux, dans la brume de la gorge se tenait une immense tour noire. 
Viviane leur avait commandé personnellement cette mission : "Nous savons qu'il existe non loin de l'entrée de la tour une pierre de rencontre. Cette pierre va vous permettre de nous transporter à vous. Trouvez-la. Il vous suffira de poser tous deux une main dessus et de murmurer le nom de la personne à invoquer." 
Puis Dame Viviane avat ajouté : "Mais soyez prudents et surtout discrets. La Horde tente elle aussi de pénétrer dans la tour et rode dans les environs. De plus cette terre est hantée par les esprits qui y ont vécu. Soyez donc rapides !" 

Farélia, s'avança dans sa forme féline. Il réussit à repérer la pierre et à s'en approcher. 
Derrière, un cri. C'était la voix de Melya ! Abandonnant toute furtivité, il se précipita vers l'endroit où il l'avait laissée : "Vite !". 
Il arriva juste à temps pour voir un orc porter l'elfette par le col. Puis plus rien, le noir envahit sa conscience. 

Farélia.... Farélia.... Farélia ! 
"Melhya ?" Farélia avait l'impression d'avoir passé la nuit avec Baldûn. "Plus jamais ça !" S'était-il pourtant juré. 
- Farélia ! Enfin tu reviens à toi ! 
- Ouuille ! 
- Nous avons été capturé par les orcs, ils nous ont gardé en vie. Il semble qu'ils cherchent comment entrer. Ils espèrent sûrement tirer de nous quelque information. 
- Ah...? Oh oui. Farélia retrouvait ses esprits. Combien sont-ils ? 
- J'en ai compté cinq, nous sommes à une cinquantaine de mètres de la pierre. Tu as conservé ta forme de chat. Minou, ronge mes liens si tu veux bien. 
Farélia entreprit de ronger les liens qui emprisonnaient sa compagne : 
- Gneu qu'ai guéjà guit gue gne pas m'apheller mignou ! Ah voilà, tu es libre, libère moi maintenant. 
Une fois nos deux comparses libérés, Farélia reprit forme humaine. Ils attendirent que la sentinelle orque détourne le regard puis partirent en courant comme s'ils avaient Sasukees aux trousses. 
L'orc se retourna : "Grak Rih !!!" 
- J'espère qu'on aura assez de temps ! Dit Melhya haletante. 
- Voilà la pierre ! 
Les deux elfs posèrent leurs mains sur le monolithe et murmurèrent chacun un nom. Trop tard, trois orcs arrivaient déjà. L'un d'eux banda son arc et décocha une flèche qui vint se figer dans l'épaule de Farélia. L'elf s'effondra sous l'impact. 
Melhya mis genou à terre et prit le druide dans ses bras. Elle leva les yeux vers l'orc qui venait de saisir une autre flèche dans son carquois, il la visait maintenant. 

Mais l'orc ne tira pas, il resta figé, le regard dans le vide pendant une seconde et finit par relever son arc. Melhya ferma les yeux... "Klang!". 
"Klang ? Comment ça klang ?" se dit la prêtresse. Elle releva la tête et vit l'orc tomber à genoux et s'étaler de tout son long, la gorge tranchée. 
A la place où se trouvait l'ennemi se tenait maintenant une fine silhouette. 
"Nieud !" S'écria Melhya. Et derrière elle se trouvait Bacab, qui retirait une pointe de flèche plantée dans son bouclier. 
Enchaînant, Bacab fonçait maintenant sur le deuxième orc qui avait poursuivi les elfs. Il le percuta à l'épaule et celui-ci vola face contre terre. Bacab enfonça son épée dans le haut de sa colonne vertébrale dans un petit bruit de craquement. 
Essuyant son arme, il se retourna : "Bien, à présent les enfants, défendons cette pierre. Nous allons bientôt devoir amener les autres." 
Nieud venait de finir son orc et revint en léchant une de ses dagues. 
Melhya soignait Farélia qui tendit la main vers sa joue : 
- Minou ! Dit Melhya 
- Mhmmmmh ! 

"Karazhan nous voici !" Cria Nieud.

Chapitre 13 : L'échec 

Remis de ses émotions, notre guerrier s'avançait dans le sombre donjon. 
Il devait rejoindre le bibliothécaire. C'était le seul personnage en ces murs qui était encore dévoué à l'Alliance. Il tenait le rôle d'espion et était infiltré depuis trois longues années durant lesquelles il avait perdu beaucoup. Il croyait en l'Alliance, et avait été jusqu'à lui sacrifier sa fille et sa femme. Mais un jour viendrait, il le savait, où son rôle serait primordial, et son temps était venu. 

- Bonjour messire 
- OUaHAAAAAAA ! 
- Pardon si je vous ai effrayé, je suis un serviteur du maître. Puis-je quelque chose pour vous ? 
- Hem. Euh oui, peut être, j'ai un message important à remettre. Pouvez-vous faire parvenir ce pli au bibliothécaire ? 
- Bien sûr, autre chose ? 
- Non, merci. 
- Très bien. 
"Une bonne chose de faite", se dit Jeremineri. Sa mission fût plus facile qu'il n'eut pensé. 
Alors qu'il s'éloignait de la tour, il vit deux silhouettes au loin sur un pont de l'aîle sud. Elles jetèrent un corps dans les gorges : "Adieu, traître ! Et reprends tes ouvrages d'hérétique !" dit une forme en lançant quelques livres. 
Jeremineri avait merdé. Il devait maintenant trouver un moyen d'accomplir la mission du bibliothécaire : Guider la Table Ronde jusqu'au Prince.

Chapitre 14 : La Table Ronde 

Surii, Uruss, Jefflec et Ajajhad arrivèrent à Karanos durant la nuit. Ils pénétrèrent discrètement dans la taverne qui portait encore les traces des attaques trolles. Seules trois personnes étaient attablées auprès du feu : un nain endormi une choppe à la main, un gnome absorbé dans la lecture de son livre de sorts, et une humaine leur tournant le dos sur sa chaise. 
Niccilas leva les yeux de son livre : « enfin, les voici ». L’humaine se leva de sa chaise et se retourna : 
- Ajah, Surii, comment s’est déroulée votre escapade ? 
- Nous n’entendrons plus parler des trolls que dans les histoires pour enfants ! Dis Ajajhad. 
- Fort bien, et qui sont ces gens qui vous accompagnent ? 
Surii prit la parole : 
- Ce sont mes amis. La brindille se nomme Jefflec, un elf druide qui craint le feu. Le nain c’est Uruss, un chasseur hors pair mais bougon. C’est eux que j’ai abandonnés il y a plusieurs mois avant de vous rencontrer. 
Puis s’adressant à ses deux compères : 
- Les enfants, je vous présente Valamaldoran, régent de notre guilde : La Table Ronde. Et voici Niccilas, un mage givré et le nain torse nu qui dors sur son casque là bas, c’est Baldûn. 
- Gnhein ? Qui me parle ? Femme, mon tonnelet de bière est vide ! dit Baldûn avant de retomber dans son coma éthylique dans un bruit de métal… 

- Il est temps Surii, nous devons rentrer à Shattrah. Tes amis souhaitent-ils se joindre à nous ? demanda Vala en se retournant vers Uruss et Jefflec. 
- Moi je suis partant ! répondit Uruss. De toute façon, les elfs me payent, et je manque d’exercice en ce moment ! 
- Ma mission est de retrouver Surii et de le ramener à Darnassus. Il va bien falloir que je le suive… Ajouta jefflec. 
- Parfait ! Allons-y, Niccilas, tu nous fais un portail ? 
- Tu nous bassines sans arrêt avec tes portes des étoiles Vala, et là t’es bien content d’avoir un portail tout con hein ? 
- … 

Jefflec et Uruss n’avaient jamais pénétré en Outreterre. Shattrah en était l’impressionnante capitale, et c’était également en son sein que la Table Ronde avait élu domicile. 
C’est une ville où la Horde et l’Alliance vivent côte à côte, galvanisés contre la Légion Ardente, oubliant les querelles millénaires de leurs peuples et le sang versé. Qui eut crut que des orcs et des humains puissent vivre ensemble ? 
- J’ai la hache qui me démange ! marmonna Uruss. 
- Moi aussi, toujours… répondit Baldûn, ça te passera. Mais j’ai surtout les cheveux qui poussent à l’envers. Je tiens une de ces gueules de bois… 
- Du calme Uruss, dit Valamaldoran. Ici, la cité est neutre, les Naarus veillent sur la ville et nous ne voulons pas d’incident. Nous faisons partie des dernières guildes à participer à la défense de l’Outreterre. Je ne vous cacherai pas que beaucoup n’ont pas survécu et ont migré vers un monde meilleur… 
Et Vala, commerçant dans l’âme d’ajouter : D’ailleurs, si vous le souhaitez toujours, vous allez intégrer notre guilde et lutter aux côté de votre ami. A’dal nous a commandé d’investir Karazhan, une des dernières places forte qu’occupe la légion en Azeroth. 
- Expliqué comme ça, ça fait envie. Chuchota Jefflec à Uruss. 

La Table Ronde s’était installée dans l’Auberge de la fin du monde, dans la ville basse. En fait, ce sont les nains qui avaient insisté pour se trouver un endroit chaleureux où les réunions passeraient inaperçues. Les officiers avaient un peu l’impression de se faire avoir sur ce coup là, mais la suggestion était bonne. 
Lorsque le groupe pénétra dans l’auberge, les premiers rayons du jour commençaient à pointer. Valamaldoran leur expliqua : « Vous allez rencontrer notre maître de guilde, le reste des membres est en missions au caveau et reviendra dans la soirée ». 
A cette heure matinale, il n’y avait comme client qu’un ogre installé au bar qui devait à lui seul rentabiliser l’auberge à voir les assiettes et les choppes vides qui l’entouraient. 
Uruss voyant une femme assise dans le fond cria : « Hé femme, apporte nous du café, des biscottes et du fromage de talbuk ! Nous les héros on a faim ! ». 
- Euh… Uruss, c’est elle notre maître de guilde, le reprit Surii en se penchant vers lui. 
- Je vous présente Dame Viviane, notre chef !

Chapitre 15 : Ce soir, nous entrons dans Karazhan ! 

Lorsque les présentations furent faites, les voyageurs s'installèrent autour de Viviane : "Bienvenue à la Table Ronde, nous n'avons pas le temps d'introniser nos nouvelles recrues mais toute aide et la bienvenue. Il nous reste peu de temps avant le retour du reste de la guilde, l'appel aux armes a été sonné. Profitons du temps qui nous est accordé pour vous informer de ce qui nous attend". Viviane soupira et reprit : 

"Le défilé de Deuillevent est un lieu désolé où des pics de granit déchiquetés s'élèvent, menaçants, au dessus d'une forêt d'arbres pétrifiés. Comme son nom l'indique, toute vie semble avoir quitté cette terre. 
Mais il n'en fut pas toujours ainsi... 

Medivh, le dernier gardien, s'installa à Deuillevent, dans la tour lumineuse de Karazhan. Bien qu'il fût le plus puissant magicien de sa génération (et le protecteur de l'humanité), Medivh était secrètement possédé par l'esprit de Sargeras, le Destructeur de monde. À travers Medivh, Sargeras ouvrit la Porte des ténèbres et permit aux orcs de guerroyer contre les royaumes mortels d'Azeroth. 

Tandis que la guerre progressait, Medivh continuait son combat contre Sargeras. Ce terrible conflit intérieur pour le contrôle de son âme eut raison de la santé mentale du magicien. Anduin Lothar, son ami d'enfance, était également le bras armé du roi. Soupçonnant la trahison du mage, il partit à l'assaut de la tour de Karazhan. Avec l'aide de Khagdar, le jeune apprenti de Medivh, Lothar s'engouffra dans Karazhan et mit fin aux souffrances de son ancien camarade. Ce jour marqua le début de la malédiction qui s'abattit sur la tour et la région avoisinante. Un sombre sortilège frappa le défilé de Deuillevent, ainsi que la région qui fut plus tard connue comme le bois de la Pénombre. 

Dernièrement, des nobles de Sombre-comté s'aventurèrent dans le défilé de Deuillevent, projetant de découvrir le secret du mal qui s'était abattu sur cette région. Ils pénétrèrent dans la tour sombre… mais n'en revinrent jamais. Des témoins affirmèrent que leurs fantômes hantaient désormais les murs de Karazhan, condamnés à festoyer pour l'éternité dans le théâtre en ruine de la tour. Mais des esprits bien plus dangereux rôdaient dans le macabre laboratoire de Medivh. De puissantes entités démoniaques avaient répondu aux invocations du mage fou et se cachaient dans la tour sombre. 


Malgré les innombrables terreurs qui se tapissent dans la tour, de nombreux aventuriers sont encore attirés par les secrets 
occultes dont regorgent les bibliothèques de Karazhan. 
Il est dit que ses vastes salles magiques abritent encore le fabuleux grimoire de Medivh. 

Une seule certitude attend ceux qui visitent l'horrible tour de Karazhan... 
... Ils pourraient bien ne jamais trouver le chemin du retour..." 

Surii se leva et tendit son verre : "Mes amis, ce soir nous entrons dans Karazhan !" 

Emprunté à http://www.wow-europe.com/fr/burningcrusade/townhall/karazhan.html
 

Chapitre 16 : Préparation 

La Table Ronde avait été créée par Viviane. Une joyeuse compagnie qui se voulait plus une famille qu'une guilde. 
Valamaldoran, le bras droit de leur chef avait découvert Surii, errant dans le froid des montagnes. Après avoir combattu a ses côtés la Horde qui tentait de prendre possession des territoires alentours à Forgefer, il eut le temps de le mettre à l'épreuve. Dame Viviane finit par lui proposer le poste de régent, qu'il accepta. C'était là plus une charge qu'un honneur. Depuis lors, le gnome s'était attaché à structurer la guilde et ses efforts furent payants. 
Accompagné des officiers de la Table Ronde et avec Valamaldoran, ils avaient réussi à faire des membres de la guilde un ensemble fidèle et soudé par l'expérience. 

Maintenant sous les ordres d'A'dal, gardien de Shattrah, la guilde allait tenter de forcer la tour de Medivh. 
Surii venait de retrouver ses compagnons et maintenant, un par un, les autres membres arrivaient, tous ponctuels. 

Farélia et Melhya avaient été envoyés en éclaireurs, leur rôle était de téléporter le gros des troupes. L'entreprise dépendait d'eux, à 20h30 précise, il devaient agir. 
Il étaient présents, fidèles à leur poste, gardant la pierre de rencontre, assistés de Nieud et Bacab. Mais la Horde n'allait pas tarder à être avertie que le seuil de Karazhan avait été pris par quatre pauvres gens de l'Alliance. 
"Vingt heure vingt cinq, nous devons encore tenir un peu" dit Farélia. "Ce sera notre première victoire. Première d'une longue suite". Mais à peine eut il terminé sa phrase que dans la brume, à un mile de là, une troupe traversait le pont de pierre au pas. "Les renforts de la Horde" soupira Melhya, "Ils doivent être une vingtaine !". 
Nieud commença l'invocation des membres : "Vite, nous ne tiendrons pas à quatre contre vingt !". 

Mais Nieud n'était pas un mage. Il invoqua d'abord une pomme de terre, un sterilet et un lutin des carpathes suceur de sang avant de faire apparaître avec succès les membres de la guilde. 

"Chargez !" cria le voleur avant de vanish.

 Chapitre 17 : Martine à Karazhan 

La pierre de rencontre de Karazhan fut bientôt entourée des membres de la guilde. Melhya et Farelya avaient appelé leurs compagnons comme convenu. 
Certes, un peu plus tôt devant la Horde qui s’avançait, armée et menaçante. 

Viviane comprit de suite et jeta un œil vers la herse qui condamnait l’accès de la tour puis à Vala qui hocha la tête. « Suivez Valamaldoran ! », cria t’elle. 
Surii fermait la marche pendant que l’humain s’affairait à débloquer l’entrée. « Mince, faudra que je m’achète un [Trousseau de Passepartout] » pensa-t-il, « plus vite, plus vite ! ». 

Enfin, Vala parvint à ouvrir la grille. « Faites vite ! Entrez ! » Ordonna Viviane alors que les archers de la Horde bandaient leurs arcs. 
Surii fonça alors droit vers la meute de hordeux. Ce qui déstabilisa les archers, mais également son groupe. Il se faufila au milieu des rangs ennemis, passant entre les jambes arqués d’un troll. 

« Mais, que fais-t-il ? » demanda Baldûn. « Entrez, il sait ce qu’il fait, il adore faire ça ! » répliqua Vala. Et alors, une lueur pourpre s’éleva du centre du groupe dont les membres se dispersèrent, courant dans tous les sens comme s’ils venaient de voir leur propre mort. 
Il ne restait plus au centre qu’un gnome démoniste. 
Sur un clin d’œil, il rejoint le groupe. Derrière lui, la herse se baissa et une lourde porte de chêne se scella dans un bruit sourd. 

Le silence régnait maintenant, mais une voix vint briser la tranquillité des lieux. « Bienvenue amis, bienvenue à KARAZHAN » dit une voix résonnante du fond du hall. 

- Oui bon, n’en fait pas des tonnes non plus, dit Astrar. 
- Pardon monsieur, je… 
- Chut microbe, chut, laisse moi expliquer...

Fin

Ici s'achève ce conte. L'histoire n'a jamais été terminée car la guilde s'est disloquée avant de finir le donjon de Karazhan. Merci à tous les membres de la Table Ronde avec qui j'ai passé d'excellents moments. Merci à tous :)

Crédits

Serveur Arathi
Surii - Gnome Démoniste affligé
Uruss - Nain Chasseur raleur
Jefflec - Elf Druide tank
Ajajhad - Humain paladin soigneur
Jérémineri - Kikoolol professionnel
Farélia - Elf druide tank
Melhya - Elfe prêtresse soigneuse
Dame Viviane - Humaine prêtresse soigneuse
Baldûn - Nain chasseur exhibitionniste
Sasukees - Kikoolol amateur
Nieud - Humain voleur sadique
Bacab - Humaine guerrière tank
Niccilas - Gnome mage arcanien
Valamaldoran - Humaine démoniste démonologue démoniaque
 
 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Spi
  • Le blog de Spi
  • : Un blog critique sur le Nord, l'informatique, et d'autres trucs bien inutiles.
  • Contact

Déménagement

 

Halte là !

Nouvelle adresse : http://northgate.fr/

 

 

Bonjour à tous. Avant d'aller plus loin, sachez que ce blog a déménagé et n'est plus mis à jour depuis février 2010. Ca fait un bail, je ne vous le fait pas dire. Si vous cherchez le blog de Spi, il est désormais à cette adresse : http://northgate.fr/

Par contre, si vous cherchez l'un de mes vieux articles, poursuivez comme si je n'avais rien dit. ;)

Spynga.jpg

Recherche